Le Tube, 18C/27

Publié le par Louis Racine

Le Tube, 18C/27

 

18C. Genre mafia

Samedi 17 juin 1989

 

– Vous me serviriez pas un verre d’eau ? J’étouffe. Buvez quelque chose vous aussi, vous gênez pas. J’ai de l’Oasis. J’aurais dû vous en proposer plus tôt. Je vous reçois mal. C’est cette histoire, ça me trouble.

– Pas de souci, dit Nabil en prenant un verre dans l’égouttoir.

Tout en le remplissant au robinet, il s’enquit :

– Vous parliez de traces de sang ?

Elle but avant de répondre.

– Ah mais c’est sûr et certain ! Elles se sont un peu effacées maintenant, mais vous les verrez quand vous voudrez. Seulement touchez à rien ! Comme je vous le disais, enfin je sais plus si je vous l’ai dit, mais hier matin, donc, je vais sonner chez Cathy. Pas de réponse. Le portillon était ouvert, ça m’a fait drôle, j’entre dans le jardin. Y avait les jouets de la gamine qui traînaient. Oh ! j’ai fait, c’est pas le genre de Cathy. Attention, j’ai tout laissé comme je l’ai trouvé ; quand je pense... Enfin : je vais jusqu’à la porte, je frappe. Rien. Je mets la main sur la poignée, elle tournait dans le vide, ça c’est normal, mais après j’avais des espèces de paillettes rouges sur les doigts, du sang séché, quoi. Ça m’a donné le tournis ! Il a fallu que je m’assoye sur les marches, même que j’ai eu un mal fou à me relever. Heureusement qu’y avait un voisin qui passait. On a téléphoné aux flics, et on s’est fait engueuler soi-disant qu’on avait dégradé les indices. Non mais je te jure ! Ça c’était hier, et depuis vous croyez qu’ils seraient venus ? On les attend toujours ! C’est pour ça, tout à l’heure j’ai cru que vous étiez de la police, excusez-moi.

– Elle a une voiture, Cathy ?

– C’est ça qui est bizarre, la voiture est là. Ça ressemble à un enlèvement, vous trouvez pas ?

– Peut-être que la petite s’est blessée et qu’elles sont parties en ambulance.

– Depuis quatre jours ? Et puis tout le quartier le saurait ! Non, croyez-moi, elle a été enlevée. Ils vont lui faire faire la pute en Suisse ou je ne sais où, et la gamine je veux même pas y penser.

– Attendez : vous dites que tout le quartier aurait su pour l’ambulance...

– Oui, mais un enlèvement c’est différent. Ils ont dû agir discrètement. En tout cas personne a rien vu. Et la police s’en fout. Comme dit monsieur Têtenoire, c’est le week-end ! Merci de consulter les horaires avant de vous faire agresser !

Elle rit toute seule de cette bonne blague. Nabil crut d’abord qu’elle était en train de mourir étouffée.

– Il faudrait les rappeler.

– Faites donc, monsieur. Je vais vous donner le numéro. Téléphonez-leur de ma part. Madame Soubize, avec un z. Demandez l’inspecteur Changarnier. C’est lui que j’ai eu. Je m’en occupe immédiatement, il a dit. L’enfoiré ! Tenez, resservez-moi un verre d’eau.

 

Pris dans le flot de plus en plus dense des véhicules, Nabil gambergeait. Les choses se compliquaient. L’affaire des disparues de la N90 était venue interférer avec son propre trafic au moment même où il prenait conscience du risque qu’on le soupçonne de complicité avec les Apolliniens. Il allait falloir redoubler de prudence. Mais il y avait là des opportunités à saisir.

Il passa d’abord à son hôtel, pour prendre une douche et téléphoner. Pas aux flics, bien entendu, mais à Margot. Pas à la bombe, mais à la musicienne.

Elle le devança. Le téléphone sonnait juste comme il entrait dans sa chambre.

– On est tous d’accord pour jouer ce soir, dit-elle ; le problème c’est si la fille se pointe. Ou ses copains. Jean nous l’a dit : c’est genre mafia.

– J’ai été clair, non ? Je protégerai Charpot autant qu’il le faudra.

– Pourquoi vous faites ça ?

– Mais parce que vous êtes bons ! En deux soirées vous me faites gagner le double du reste de la semaine.

– Ça, ça implique une augmentation.

– Ma protection suffira.

– Vous êtes vraiment dur en affaires.

– Entre autres.

En raccrochant, il souriait comme un idiot. Il avait cru déceler dans la voix de Margot une nuance d’admiration, et surtout un peu de reconnaissance. Ça le consolait d’utiliser Charpot comme appât.

 

Lundi : Un crétin providentiel

Publié dans Le Tube

Commenter cet article