Le Tube, 19A/27

Publié le par Louis Racine

Le Tube, 19A/27

 

19A. Un crétin providentiel

Vendredi 10 août 1990

 

– Hilaire ? demanda le Phénix en se plaquant dos au mur près de la porte.

Corine, sa ruse éventée, avait ouvert les yeux. L’information qu’ils lui transmirent lui causa un nouveau choc.

Non ? Lui ! C’était lui le Phénix !

La tête tournée vers le palier, il attendait. L’escalier était redevenu silencieux.

Quant à elle, elle devait renoncer au plaisir de le voir s’empaler sur sa pique. Dommage ! Surtout maintenant qu’elle savait de quelle ordure elle eût débarrassé la planète. Du moins était-elle aux premières loges pour assister au combat qu’elle eût aimé livrer.

L’issue n’en faisait guère de doute. Le Phénix ne venait-il pas une fois de plus de prouver qu’il était le plus fort ? Elle avait eu grand tort de le sous-estimer. Comme adversaire à sa mesure, elle ne voyait plus que le colonel. Son actuel challenger n’avait aucune chance. Elle lui devait seulement un bref répit. Ensuite, le Phénix pourrait se consacrer exclusivement à elle.

Oh ! il ne la tuerait pas. Il la torturerait longuement, pour la faire parler, mais aussi par pure cruauté, avant d’imposer à son corps et à son esprit certaines transformations irréversibles.

Corine n’était pas du genre à se résigner. N’y avait-il vraiment aucun autre bénéfice à retirer de ce sursis que l’occasion de voir triompher le mal sur le mal ?

Elle n’espérait pas surprendre le Phénix. Il lui faisait face et n’eût pas laissé sa lance l’atteindre, l’eût-elle projetée avec tout ce qui lui restait de force – et toute cette haine accumulée en elle depuis des années et dont elle ne pouvait charger que son regard. Il fallait trouver autre chose.

Les chemins que suivent nos pensées sont parfois tortueux et noyés de ronces, et Corine elle-même n’eût su reconstituer l’itinéraire qu’empruntèrent les siennes. Qu’il soit permis au narrateur, jusqu’ici plutôt discret, de hasarder cette explication : sa souffrance au genou droit lui évoqua l’infortune de Ravenel et la réplique énormément imbécile de Nédellec – la honte de sa profession – fuyant ses responsabilités et s’en remettant à l’infirmière et à son « sens de la psychologie ».

Ce crétin parlait d’or.

– Hep ! fit-elle.

Aussitôt, mais sans tourner la tête, le Phénix répondit – et il sifflait plus qu’il ne parlait :

– Tiens, on n’est plus mourante ? Tu sais que j’ai failli me laisser prendre à ta grossière mise en scène.

– Heureusement le Phénix est arrivé.

Corine vit qu’elle avait marqué un point. Elle enchaîna :

– Vous n’avez aucune chance. C’est lui, dans l’escalier.

– Qu’est-ce que tu racontes ?

– J’ai réussi à lui échapper tout à l’heure, mais il est trop malin. Il va m’avoir. Il va nous avoir tous les deux.

– Tu fais erreur, petite. Ce n’est pas au Phénix que tu as échappé.

– J’ai bien reconnu son masque !

Il hésita une fraction de seconde. Ce peu suffit. Déjà son adversaire avait fait irruption, pistolet au poing. Mais il perdit juste ce qu’il fallait de temps à considérer le tableau. Corine se redressa et, d’un jet surpuissant, planta sa lance dans la cuisse de l’arrivant. Il s’immobilisa en criant, et le Phénix l’assomma d’un coup de crosse. Puis il se tourna vers Corine.

– Et maintenant, à nous deux.

– C’est comme ça que vous me remerciez d’avoir empêché le Phénix de vous tuer ?

– Tu parles de ce bouffon ? Tu n’as toujours pas compris qui était le Phénix ?

– Si c’est Auvigne, alors vous me devez plus de respect encore, car je l’ai éliminé. Vous ne me croyez pas ? Allez voir dans la remise.

– Hilaire, le Phénix ! Tu déraisonnes.

– C’est vous, peut-être ?

– N’essaie pas de finasser. Tu sais parfaitement à quoi t’en tenir. Ce n’est pas parce que tu as failli me berner une fois que tu fais le poids.

Et, ce disant, il pesa de tout le sien sur son genou.

La douleur fut d’emblée insoutenable. Corine ne put s’empêcher de hurler.

Son cri parut se creuser, se dédoubler, tandis que l’air vibrait d’une tension proprement affolante.

Puis tout s’obscurcit.

 

Demain : Petite culotte et jus de poire

Publié dans Le Tube

Commenter cet article