Le Tube, 9B/27

Publié le par Louis Racine

Le Tube, 9B/27

 

9B. Un mollet juteux

Mercredi 8 février 1989

 

Les flics partis, Orson alluma la télé. Puis il monta le son, suffisamment pour couvrir le bruit qu’il risquait de faire en allant du lit à la penderie.

Car il voulait surprendre l’infirmière. La pauvre ! Il y avait bien trois quarts d’heure qu’elle était enfermée dans ce réduit obscur, croyant déjà posséder l’objet de sa convoitise, et attendant de pouvoir renaître à la lumière. Pauvre petite femme en blanc !

Comme il reposait la télécommande sur sa table de chevet, son sourire se mua en grimace. Pivotant sur ses fesses, il s’était assis au bord du lit, une jambe dans le vide, l’autre nulle part ; et, pour la première fois, il éprouvait cette sensation dont même l’habitude ne diminuerait jamais l’étrangeté, que sa jambe manquante était non pas en moins, mais en trop ; douloureuse au point qu’il aurait voulu pouvoir s’arracher ce qu’il avait déjà perdu.

Il serra les dents, débrancha sa perfusion et se leva, craignant un vertige qui ne se produisit pas. Debout sur sa jambe unique, la main droite accrochée à un montant du lit, il respira profondément. Puis il s’accroupit, et, sur trois pattes, se rapprocha de la penderie. Là, il se redressa, s’appuya contre la cloison, et reprit son souffle.

La visiteuse, à coup sûr, le croyait dans son lit à regarder la télé. Elle allait avoir une belle surprise.

Il ouvrit brusquement la porte, et, devançant toute autre sensation, un parfum lui parvint, original et qui aussitôt l’affola, et il sut à l’instant, il comprit tout d’un coup qu’il lui faudrait ou le respirer encore à chaque heure de sa nouvelle vie, ou s’anéantir dans le plus morne regret. Il avait à peine entrevu l’œil luisant dans la pénombre, la chevelure blonde accrochée aux fibres d’une veste d’homme qu’il reconnut pour sienne – et il se rappela vaguement la raison probable de la présence de l’infirmière dans cette penderie qui dévoilait soudain son trésor, éclosion merveilleuse – quand un coup de pied en pleine figure le projeta en arrière. Lançant les bras au hasard, il attrapa une jambe nue, qui se débattit. Alors, sans réfléchir, pur réflexe en somme, il mordit à pleine bouche dans la chair juteuse d’un mollet.

On étouffa un cri, quelque chose vint rouler sous l’unique genou d’Orson. C’était le tube de cigare. Il le cala sous sa rotule, tout en enlaçant la taille de l’infirmière qui, en tombant, avait dû se faire mal.

– Arrêtez, murmura-t-elle.

– Besoin de se confier ? J’attends.

Du regard elle lui enjoignit de relâcher son étreinte. Il hésita, puis serra de plus belle. Mais c’est lui qui était pris. Le tube qui lui sciait le genou – et dont il ne savait toujours pas ce qu’il contenait exactement –, il était prêt à le donner. La possession n’en pouvait plus être qu’une excuse dérisoire pour repousser cette femme, qu’il désirait plus pourtant que jamais aucune autre, et pas seulement à la tenir ainsi contre lui, ses cuisses contre son ventre, mais à cause de ce parfum qui lui semblait avoir envahi la chambre et le noyer peu à peu sous sa pesante caresse.

Entre-temps l’infirmière cognait comme une brute, le frappant des deux mains sur les tempes et sur la nuque.

– Du calme, dit-il – et ces mots se perdirent dans les plis de la blouse.

La porte s’ouvrit. Parut un interne.

– Qu’est-ce qui se passe ? demanda-t-il à la jeune femme.

– Rien, ça va mieux.

Le type les contemplait sans rien dire.

– Il est tombé, ajouta Corine.

– Faudrait me rendre ma jambe, gronda Orson.

– Vous n’avez pas encore le droit de vous lever.

– C’est ce que je lui ai dit, dit Corine.

L’autre fronça les sourcils.

– Vous êtes de nuit ?

– J’allais partir quand il a sonné. Il refuse d’utiliser le bassin.

– Bon, on va vous donner des cannes, mais allez-y doucement.

Resté seul avec la blonde, Orson exhiba le tube qu’il tenait derrière son dos.

– Alors, petite ? toujours intéressée ?

Elle plongea dans les siens des yeux cruels.

– On se reverra. Vous n’irez pas loin.

Et elle sortit.

La télé marchait toujours. Le journal vantait les dernières catastrophes.

La même nuit, Orson s’enfuit de l’hôpital.

 

Demain : Non, mamie !

Publié dans Le Tube

Commenter cet article