Le Tube, 16C/27

Publié le par Louis Racine

Le Tube, 16C/27

 

16C. Cathy Morénas

Samedi 17 juin 1989

 

– Tiens, Clément ! dit Alice. C’est bien Clément ?

– Oui, rougit le jeune homme. J’ai oublié quelque chose chez vous.

– Pas votre sax, j’espère ? articula-t-elle sans fausse note.

Il rit bêtement. Il était difficile à bien des gens de ne pas rire bêtement devant Alice.

Ils montèrent ensemble, ou plutôt il monta derrière elle. Éternel problème de l’escalier. Du moins sut-il où il posait les pieds. Ce qui ne l’empêchait pas de se cramponner à la rampe, tant ce remuement à hauteur de son visage le portait à défaillir.

Alice pourtant n’en rajoutait nullement. Elle était juste en pleine forme au retour de la piscine. Rire avec ses copines lui avait fait du bien. Du reste, un gloussement lui échappa qui vous eût laissé entendre qu’un souvenir réjouissant s’attardait dans son espace mental. Elle repensait en effet à la question de Sandra demandant à Mo : Alors, ce nouveau ragot de la Méduse ? D’où, plus tard, une discussion étymologique, Alice émettant l’hypothèse que c’était l’amour des potins qui avait valu son surnom au fâcheux. Mais c’eût été faire trop bon ménage de son aspect physique et du sens de l’à-propos de Sandra, laquelle s’était encore distinguée par le mot-valise médusances, et ils atteignirent le palier du dernier étage.

Corine déplorait de n’avoir pu les suivre. Elle eût donné cher pour connaître le lien entre le fils Changarnier et les amis de Charpot.

 

Ulysse Pinault buvait bière sur bière.

À ses pieds reposaient déjà quatre bouteilles vides, et il en décapsula une cinquième.

Ben comme ça, se dit-il, j’aurai de l’avance pour ce soir.

Mettons qu’il finît le pack, ça ferait un litre et demi en trois heures. Pas de quoi bouleverser le guinness.

C’est bon, ça, la guinness.

Putain il était bourré.

Et le pire, l-e-p-i-r-e, c’est qu’il avait toujours pas réglé son problème.

Un problème gzistentiel. Putain la fille !... la fille !... Il l’avait ferrée, il la tenait presque, pas comme la chanteuse !... Et elle se tire avec le pianiste !… En plein concert !… Non mais tu vois ça, toi ?

Non, hein ?

C’est straor-straordinairement m-st-myst-érieux les choses de l’amour – EH ! dans mystère y a M-S-T ! C’est le hasard – C’EST LE HASARD, braillait-il debout, la main gauche contre la cloison, l’autre tenant la cinquième canette, la bouche à deux centimètres du papier peint à motifs géométriques années soixante-dix à base de carrés aux angles arrondis dans les plus purs tons orange et marron, calculez l’âge du capitaine.

La cloison retentit de coups violents, sur fond de vociférations.

– Taisez-vous on entend pas la batterie ! hurla Ulysse avant de se laisser choir sur le dos, répandant un tiers de sa bière sur la moquette, un autre sur son tee-shirt Betty Boop, la moitié du troisième sur son menton, et sifflant le reste.

Il était bien. Bien bien.

Le monde tournait dans le bon sens.

Et une clé tournait dans la serrure de la porte d’entrée.

 

Cathy Morénas, chantonnait Nabil.

Il avait largement le temps avant l’ouverture. De toute façon c’était lui le patron.

Le lotissement fut bientôt en vue. Il ralentit, au contraire de son rythme cardiaque. Quelques enfants jouaient dans la rue. Assis sur les barrières en ciment, des jeunes papotaient. Une grosse dame chargée d’énormes cabas cheminait en parlant toute seule.

Il trouva facilement la maison, et se gara. Sur l’étroite pelouse, un tricycle en plastique aux pâles couleurs rose, jaune et bleue était renversé. Un fil à linge pendait.

Cathy Morénas, disait la boîte aux lettres, près du portillon mal fermé.

Il allait sonner, quand deux enfants qui l’avaient suivi s’écrièrent d’une seule voix :

– Elles sont pas là !

– Allons les gosses, poussez-vous !

La grosse dame arrivait. Il l’attendit. Elle continua de soliloquer jusqu’à ce qu’elle fût quasi au contact, et enchaîna :

– Vous êtes de la police ?

– Non, je suis notaire. Je cherche Cathy Morénas.

– Tout le monde la cherche, monsieur. Elle et la petite. Tout le monde sauf les flics, apparemment. Ça va faire quatre jours qu’elles ont disparu.

 

Lundi : On dirait moi

Publié dans Le Tube

Commenter cet article