Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Tous les pigeons s’appellent Norbert, 6

Tous les pigeons s’appellent Norbert, 6

Moi aussi, ça m’a paru bizarre ce malaise de Jean-Guy, juste comme je venais de lui parler de la porte ouverte. J’avais lancé ça un peu au hasard, je n’étais pas déçu. J’avais même l’impression d’avoir mis dans le mille en tirant au jugé. Voilà ce que...

Lire la suite

Tous les pigeons s’appellent Norbert, 5

Tous les pigeons s’appellent Norbert, 5

Le mercredi est arrivé. Je suis parti encore plus tôt que les jours précédents, parce que j’avais rendez-vous avec Douvenou devant le bahut. Il me laisserait sa copie, je la lirais au café (il finançait) et la lui rendrais corrigée à la récré de dix heures....

Lire la suite

Tous les pigeons s’appellent Norbert, 4

Tous les pigeons s’appellent Norbert, 4

Cette fois, je n’ai pas pensé une seconde à ma sœur, alors que ce fameux commissaire, c’était mon magicien ! Enfin, pas exactement. Voire pas du tout. Mon magicien était tout petit, le commissaire plutôt grand, d’ailleurs il doit y avoir une taille minimum...

Lire la suite

Tous les pigeons s’appellent Norbert, 3

Tous les pigeons s’appellent Norbert, 3

C’est sûr que je ne portais pas la Rondelle dans mon cœur, mais de la voir comme ça, j’en ai eu les larmes aux yeux. Je me rappelle qu’après l’horreur, ma première réaction ç’a été la tristesse. Et aussi une espèce de colère contre je ne savais quelle...

Lire la suite

Tous les quoi ?

Tous les quoi ?

Un A. R. C. me demande si le titre Tous les pigeons s’appellent Norbert est une réécriture de « Toutes les poules s’appellent Denise ». La réponse est non. Il ne me serait pas venu à l’idée de parodier la belle et sérieuse pièce de Jean-Luc Lagarce. Et...

Lire la suite

Tous les pigeons s’appellent Norbert, 2

Tous les pigeons s’appellent Norbert, 2

Ça s’était passé un vendredi. J’avais cinq jours à attendre, dont un week-end. Le dimanche ça irait, mais un samedi de décembre dans un Paris surexcité par l’approche des fêtes, merci bien ! À Clichy où vivaient ma mère et ma sœur ça ne serait pas beaucoup...

Lire la suite