Le Tube, 13C/27

Publié le par Louis Racine

Le Tube, 13C/27

 

13C. La bouche de travers

Samedi 17 juin 1989

 

– Sand ?

– Oui ?

– C’est pas Maurice là-bas ?

– T’as raison, c’est lui ; putain j’y crois pas t’as vu avec qui il est ?

– Salut les frangines !

Elles ne l’avaient pas vue arriver.

– Alice à la piscine ! Faut dire...

– Quoi ?

Sandra compléta la réplique de sa sœur :

– Alice, t’es canon en maillot ! Tu vas faire craquer tous les mecs et même les nanas. Il est au courant Gilou ?

– Arrêtez c’est vous les plus mignonnes. Eh ! y a Mo ! Youhou ! Mo-o ! Putain j’y crois pas il est avec la Méduse !

– Salut les filles !

Mo s’approchait, suivi par un gros garçon d’une trentaine d’années, à la peau blanchâtre et luisante, boudiné dans un boxer orange à bande mauve.

– Merci pour Gilou ! dit Alice en l’embrassant. Tu passes à la maison tout à l’heure ?

– Pas de problème, je suis juste venu piquer une tête.

– Tu nous présentes pas ton copain ?

– C’est pas, euh... bon, les filles, voilà Frédéric.

– Salut, dit la Méduse. Vous êtes musiciennes il paraît ? Et danseuses ? C’est super qu’on se rencontre parce que j’ai un projet, Momo a dû vous en parler.

– Momo ! pouffèrent ensemble Margot et Sandra.

– Un projet de spectacle total pour le festival des Nuits Blanches...

– Blanches ! trépignèrent les deux sœurs, dont la gaieté redoubla quand elles virent palpiter les narines d’Alice ; et, pour comble d’agrément, sa belle poitrine se mit à tressauter de façon fort plaisante.

Il n’y avait plus qu’une issue possible. Le trio se précipita vers le bassin le plus proche et plongea d’un seul mouvement.

– Complètement folles, dit la Méduse.

– T’inquiète, finis plutôt ton histoire. Donc, ta cousine...

– Oui, incroyable, elle a disparu du jour au lendemain. On pense qu’elle a rejoint une secte, mais ce qui est possible aussi c’est qu’elle soit tombée dans un réseau de prostitution. T’as entendu parler des disparues de la N90 !

– Pas vraiment.

– Y a eu une émission sur TF1. Alors je me disais que par Nabil...

– Comment ça ?

– Ben c’est notoire, non ? Il est en cheville avec des proxénètes, s’il n’est pas proxénète lui-même.

– D’accord, mais je me vois mal lui demander : Vous savez ce qu’est devenue la cousine de mon copain ? Comme vous êtes dans le commerce des filles, j’ai pensé que vous pourriez me renseigner.

– Tu peux peut-être quand même tendre l’oreille un peu par ci par là, et observer ; j’ai remarqué que dans un groupe c’est le batteur le mieux placé pour regarder ce qui se passe.

– C’est pas faux. Tiens, puisque tu aimes les potins, apprends qu’hier Jean, notre pianiste, s’est carrément fait la malle après avoir reconnu une fille dans le public.

– Comment, la fille ?

– Une petite blonde, assez jolie, avec une forme de bouche particulière, surtout quand elle souriait.

– Tu te fous de moi.

– Pas du tout.

– T’as déjà vu ma cousine !

– Jamais.

– Alors comment tu sais qu’elle a la bouche de travers ?

– Attends, c’est juste une coïncidence !

– Et ton pianiste, il la connaissait la fille ?

– Apparemment.

– Il a pas dit comment elle s’appelait ?

– Je crois pas. Comment elle s’appelle ta cousine ?

– Corine.

– Ça me dit rien. Corine et Jeannot, je l’aurais noté.

 

Demain : L’usage des armes

Publié dans Le Tube

Commenter cet article