Le Tube, 10A/27

Publié le par Louis Racine

Le Tube, 10A/27

 

10A. Un trait d’humour

Vendredi 10 août 1990

 

Du haut de la passerelle, Jaime Gutiérrez fixait l’horizon.

Pourquoi Fromager avait-il ordonné que le Pride of Kotzebue fît demi-tour ?

Impossible que cet enfoiré de Pinault eût survécu à son bain forcé. Il eût certes fallu, pour que la probabilité en fût tout à fait nulle, lester le paquet, comme, quelques heures plus tard, le cadavre de Pujol. S’il s’y était opposé, c’est qu’il avait jugé le risque insignifiant. En revanche, il avait éprouvé un plaisir inégalable à imaginer les affres du condamné.

Mais alors, ce changement de cap dans la nuit ?

Soudain, il se raidit. Droit devant, quelque chose s’était mis à scintiller, bas sur l’horizon.

Jaime saisit ses jumelles, les braqua sur la cible.

Il n’en crut d’abord pas ses yeux. Puis le doute laissa place à la crainte.

Ce qui brillait ainsi au soleil, c’était l’enveloppe d’un ballon. Il descendait lentement, comme pour se poser. À tous les coups, il avait repéré les corps, échoués sur un îlot. Lequel, à cette distance, se devinait à peine.

L’inquiétude de Jaime augmenta d’un cran. Le ballon avait disparu.

Il saisit son talkie-walkie, hésita, puis renonça. À quoi bon contacter Fromager ? Le colonel avait déjà tout décidé. Mieux valait rester dans son rôle.

Comme il reprenait ses jumelles, il vit le Zodiac quitter le bateau, avec à son bord Fromager, Stepowski et Cardonell, et foncer vers l’objectif. Ils emportaient une mitrailleuse.

Quelle puissante raison pouvait ainsi pousser le colonel à se rendre sur place en personne ?

Et pourquoi n’avait-il emmené qu’un Urubu ?

Et pourquoi le toubib, à qui sa qualité avait seule valu de rester en vie ? Sinon parce que Fromager n’avait pas écarté l’hypothèse que Pinault fût vivant ?

Jaime suivit un moment aux jumelles la progression du Zodiac, puis regagna le poste de pilotage.

Provisoirement seul maître à bord, avec sous ses ordres une dizaine d’Urubus surentraînés.

 

Corine Rouge mit de longues minutes à sortir de sa torpeur. Enfin la découpe de la lucarne se stabilisa et retrouva sa signification, lui enseignant où elle se trouvait. Dans la pénombre, elle reconnut le décor de la remise.

C’était donc tout ce qu’ils lui avaient imaginé comme cachot. Pas génial. Mais, à vrai dire, il y avait peu de chances qu’un fidèle s’aventurât par là, et, si cela devait arriver, qu’il lui fût utile. Quant à elle, elle avait manqué de prudence.

Elle s’était pourtant bien juré de ne pas assister au prochain office sans prendre certaines précautions. Pas question évidemment de se munir d’une arme. Du moins eût-elle pu mieux assurer sa fuite.

Elle se félicita cependant de s’être préparée psychologiquement à l’épreuve de la seringue. Quelle horreur, ce rituel ! Quand Pujol le lui avait décrit, elle l’avait accusé d’affabulation. Brave Grégoire ! Elle souhaitait de tout cœur qu’il eût réussi sa mission.

Mieux qu’elle, en tout cas.

Elle se ravisa : elle n’avait pas encore échoué. Le succès était devenu des plus douteux, mais restait possible. Et plus que jamais nécessaire. Car la seringue, passe encore, mais ce qui l’attendait à présent, si elle ne se tirait pas de là, son corps peut-être y survivrait, non sa raison.

Ne pas flancher – malgré le chiffon qui lui bloquait la gorge, les liens qui lui sciaient poignets et chevilles et l’enchaînaient aux pieds de la table de bois brut sur laquelle elle était allongée, la chaleur qui la desséchait bien qu’elle fût entièrement nue, l’odeur pestilentielle émanant d’une espèce de cuve qu’elle apercevait du coin de l’œil et se mêlant à celle, aigre et métallique, du sang caillé, dont ses fosses nasales étaient capitonnées.

Heureusement, se dit-elle, que je ne suis pas végétarienne !

Revigorée par ce trait d’humour, elle perçut, venant du toit, un léger grattement. Quelque bestiole. Inoffensive ? Pas sûr.

Le bruit cessa, puis un autre, identique, retentit plus près, juste au-dessus de sa tête. Bientôt le dialogue s’établit entre les deux sources sonores.

Puis elle entendit partir la Jeep.

Puis quelque chose lui tomba sur le ventre.

 

Demain : l’autre chemin

Publié dans Le Tube

Commenter cet article