Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jadis éternel, 18

Jadis éternel, 18

Au moment d’évoquer mes années d’exil, les plus belles de ma jeunesse, j’éprouve quelque scrupule. Ne va-t-on pas me prendre pour un menteur ? Un affabulateur ? Me taxer de légèreté, tant pour m’être accommodé un peu trop béatement de mon malheur que...

Lire la suite

Jadis éternel, 17

Jadis éternel, 17

Il y avait là de quoi me troubler. C’était la première fois que mon père m’écrivait. Ce devait être aussi la dernière. Cela eût pu suffire à rendre cette lettre inoubliable. Mais à cette singularité s’en ajoutaient de plus curieuses encore. Le lecteur...

Lire la suite

Un pont d'érable

Un pont d'érable

Pardon, chers lecteurs, pour les dysfonctionnements de ce matin. Le chapitre P comme Père (non, ce n'est pas une clé) a eu quelque difficulté à franchir le gouffre de la nuit. Merci de votre compréhension, et rendez-vous après-demain à 6 h 19. L. R.

Lire la suite

Jadis éternel, 16

Jadis éternel, 16

N’eût été cette brûlure à la base du crâne, j’eusse pensé à un faux. D’abord mon père, à ma connaissance, ne savait pas écrire. Il fallait qu’il eût appris tout récemment, depuis mon enterrement à Hjerkinn. Eh bien ! me dis-je, quelle affaire ? N’es-tu...

Lire la suite

Jadis éternel, 15

Jadis éternel, 15

Vous vous demandez pourquoi ce copieux extrait – tout un chapitre – ne fait jamais mention du livre du prince. Vous aviez de bonnes raisons de penser que le privilège qu’en constituait la possession était de ceux que j’avais à cœur de dénoncer, suffisamment...

Lire la suite

Jadis éternel, 14

Jadis éternel, 14

Sur ce dernier point, je resterai allusif. On ne peut parler de ce que l’on ne connaît pas [1] . On peut toutefois – et l’on doit – reconnaître ses lacunes. Or que sais-je de ce qui doit nous survivre, si je ne suis pas sûr que notre vie soit bornée ?...

Lire la suite

Jadis éternel, 13

Jadis éternel, 13

Par lisible, l’ex-bibliothécaire veut dire disponible. Que ce texte puisse paraître obscur ou mal écrit, c’est fort improbable. Il est au contraire d’une limpidité stupéfiante eu égard à l’âge de l’auteur – cent deux ans ! Le passage qui suit le fera...

Lire la suite

Jadis éternel, 12

Jadis éternel, 12

Ce qui me restait d’énergie, je l’épuisai à séparer ces deux visions : l’une, fixe et mouvante en même temps, celle d’une peinture hideuse, l’autre animée, réelle, bien plus terrible encore de ce qu’elle s’agrémentait de hurlements inhumains, à moins...

Lire la suite

Jadis éternel, 11

Jadis éternel, 11

Une des singularités de l’âge du Capitaine, c’est que nous vivions alors dans un constant courant d’air. Nous y étions tellement habitués que nous avions cessé d’y faire attention, sauf les plus de dix mille ans, et encore : de leur nombre étaient ces...

Lire la suite

1 2 > >>