Sauf, 52

Publié le par Louis Racine

Sauf, 52

 

SEPTIÈME CAHIER

 

23 août

Ça ne se fait pas. Ça ne se fait pas. Ça ne se fait pas. Ça ne se fait pas.

Ça se fait. Ça se fait. Ça se fait. Ça se fait.

fesses ass fesses ass fesses ass fesses ass

et mon cul, c’est du poulet ?

assez

Fin de l’exposition.

 

Jeudi 24 août

Chère Angéline,

Je n’irai pas à Villefranche aujourd’hui. Ça m’emmerde. L’autre nuit j’ai rêvé du FBI. Toute la journée qui a suivi, et celle d’hier encore, j’ai essayé de comprendre. En vain. La veille j’avais un peu joué avec les acronymes. Ça me mettait sur la voie, mais sans plus. C’est seulement ce matin (et du coup je ne me souviens plus du rêve de cette nuit) que la solution s’est offerte, évidente pourtant : fausse bonne idée.

Le sot projet, oui, oui.

Je mourrai donc sans confession.

Je renonce à tout, à toi, au souvenir de toi, au souvenir de toutes les jeunes femmes, et je me rends compte que ma bonne amie elle aussi du temps où nous nous donnâmes du plaisir avait ton âge, c’est comme si je n’avais pas su vieillir et comme j’ai vieilli (j’écris le nez sur le papier) ! mais jamais aimé que des lointaines accessibles prochaines intouchables – je ne vous confonds nullement, Estelle, Marine, Angéline, et vous toutes qui chacune individuellement avez été, êtes pour moi tout ce qui peut faire plus belle la vie, million d’inconnues dont je connais et choie le moindre atome

je choie, puis je chois

à toutes, à chacune j’adresse le plus tendre salut –

je quitte ce monde que vous quittâtes

je manque tu disait Emma

je tombe en tremblant me refléter dans mon lit

 

il m’est revenu mon rêve, juste comme je me couchais : le FBI à nouveau, et à nouveau Yves Montand, mais qui avait pris les traits de Jean Reno ; qu’est-ce qu’il fiche là celui-là ? C’était loin d’être mon acteur préféré

pourtant pourtant

sur son visage ce mélange de lassitude et de détermination

fascinant

comme un bon feu

du reste FBI + RENO = BONFIRE

quel rapport entre ce BON et les vanités ?

O Store Gud ! Tout devient signe, bordel !

 

(À suivre.)

Publié dans Sauf

Commenter cet article