Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sept ans forgeant

Sept ans forgeant

Sept ans ! L’âge de raison ? Depuis le 21 décembre 2013, date de création de ce blog, vous y avez découvert ou redécouvert : Le Sourire du Scribe Beau temps pour la vermine Le Tube Planteur La Pierre Sauf & Sauve et leur Apostille Jadis éternel Tous les...

Lire la suite

Tais-toi quand tu parles, 13

Tais-toi quand tu parles, 13

Le cœur me battait plus vite et plus fort. « J’avoue. Il ne vous indispose pas, j’espère ? – Au contraire. Il me met dans les meilleures dispositions. » Maintenant je revoyais le flacon. Tout ce que vous voudrez, c’était de Georges que Jeanne l’avait...

Lire la suite

Tais-toi quand tu parles, 12

Tais-toi quand tu parles, 12

Comme tout bon improvisateur, Jean avait anticipé. Il s’était mis à jouer plus fort, puis avait continué à monter le son, obligeant les conversations à en faire autant, si bien que seuls les dîneurs dont les tables touchaient la passerelle du bar avaient...

Lire la suite

Tais-toi quand tu parles, 11

Tais-toi quand tu parles, 11

« Géraldine. – Tu es sûr que tu ne préfères pas Daphné ? » On avait donc un film en commun. Mais je me demande si je n’ai pas pensé à la vraie Géraldine, vous ne l’avez pas oubliée, j’espère. Je sais, je n’ai pas de leçons à donner en matière de fidélité,...

Lire la suite

Tais-toi quand tu parles, 10

Tais-toi quand tu parles, 10

La question godasses réglée, restait le problème de la voix. J’avais adopté un ton haut perché qui s’accordait bien avec mes talons comme avec mon sexe d’emprunt mais qui, ajouté à l’amusement que me procurait la crédulité de mes cobayes, me donnait envie...

Lire la suite

Tais-toi quand tu parles, 9

Tais-toi quand tu parles, 9

Marie ! Il l’appelait Marie maintenant ! Marie-Jo, c’était trop long ! Comme tous les diminutifs ! Bon, bien sûr, j’étais surtout ému par l’arrivée des pandores. Qui voulez-vous que ça ait pu être d’autre ? Je n’ai même pas attendu d’en avoir confirmation...

Lire la suite

Tais-toi quand tu parles, 8

Tais-toi quand tu parles, 8

Si l’oncle n’avait pu conduire Carmen à Saint-Marcel, il avait largement eu le temps de l’installer dans les environs immédiats de la Boissière. Le côté par où je l’avais vu revenir quand j’étais dans son bureau, l’orientation de la maison et du souterrain,...

Lire la suite

Tais-toi quand tu parles, 7

Tais-toi quand tu parles, 7

Encore un coup que j’aurais dû voir venir. Vous allez finir par croire qu’aux jeux de stratégie je ne valais pas un kopeck et que le récit de mes exploits dans ce domaine, voire éventuellement dans d’autres, c’est du flan. Qu’y puis-je, si tant d’aveuglement...

Lire la suite

Tais-toi quand tu parles, 6

Tais-toi quand tu parles, 6

La première pensée qui m’est venue, ce qui précédait n’étant pas de la pensée, mais un noir désarroi, c’est que comme nous aussi on avait laissé la lumière allumée on avait pu se donner en spectacle durant nos ébats, et je me suis demandé si Samuel, bref,...

Lire la suite

Tais-toi quand tu parles, 5

Tais-toi quand tu parles, 5

J’ai fini par baisser les bras. Je ruisselais de sueur. La trappe était restée obstinément fermée, j’y voyais toujours aussi peu, et je détestais l’oncle de ne pas m’avoir entendu, même de l’entrée. Certes, si ce type était capable d’ignorer l’existence...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>