Là-haut

Publié le par Louis Racine

Là-haut

 

Hein quoi – aïe – oh putain le choc – c’est horrible – j’étais en train de mourir et j’ai l’impression que je succombe à la violence du sursaut qui me ranime – oh douleur insupportable et pourtant supportée – enfin jusqu’à un certain point – elle augmente là non – si elle augmente – elle augmente – maman – non non ne pas cesser de résister – si au contraire laisse-toi aller mon gars – laisse faire voyons laisse c’est pour moi – qu’est-ce donc que tu crains –  mais qu’est-ce qui m’a – aïe – réveillé – je sombrais je partais je rêvais – je rêvais de quoi – mais non je ne rêvais pas – comment rêver dans cette posture – qu’est-ce qui m’a réveillé – c’est lui là à côté – je crois que l’autre le troisième pour lui c’est terminé depuis hier soir – hier soir ou hier matin – on est quand là – l’autre plus rien à faire – je ne peux pas le voir il n’est pas – aïe – transparent celui d’à côté – celui qui m’a réveillé avec ses plaintes – ça n’arrête pas – il a dû gémir plus fort tout à l’heure mais maintenant je ne comprends plus ce qu’il dit – on a eu une longue – aïe – conversation hier – pas inintéressant ce qu’il raconte mais il est un peu tard – non justement non qu’il répondait – agaçant impressionnant aussi – tellement sûr de lui – ça ne l’empêche pas de se plaindre – et des j’ai soif et des pourquoi m’as tu abandonné – je me demande quand même si le collègue là-bas – j’aimerais voir – aïe – où il en est – mais mon voisin son père n’est pas vitrier.

 

 

Marc Souvigny

Publié dans Treize vendredis, 3

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sdb 02/08/2019 09:30

C'est un cauchemar ? il faut que je revienne lire la suite de l'histoire longue.. !! je suis en vacances !

Louis Racine 02/08/2019 11:15

La réponse est hors-champ (qu'il s'agisse du tableau ou du texte).